Campagnol Terrestre (Rat taupier)

Le Val d’Azun (Azun se traduit par lumière en patois local) est une des 7 petites vallées  pyrénéennes au Sud de la Bigorre qui surplombent la ville de Cauterets. Jalousement surveillée du haut de ses 3144 mètres par le Balaïtous cette vallée a été qualifiée d’ « Eden des Pyrénées » par le pyrénéiste Louis Ramond.

Bien que pas usurpée, cette carte postale idyllique est quelque peu ternie lorsqu’on y est éleveur et confronté à cette calamité de rat taupier.

Mais qui est-il cet effronté ? Sa consœur la taupe n’y va pas non plus par quatre galeries mais est beaucoup plus et mieux connue. Avec sa dentition de carnassier ses menus sont plutôt des larves et autres lombrics.

Ce rongeur, fouisseur de moyenne montagne s’attaque à toutes les racines et aux bulbes qui lui passent sous la dent. D’un pelage roux souligné par un ventre gris, il n’est pas armé des pattes puissantes de la taupe, donc ses galeries lui demandent beaucoup de labeur, bien sûr il s’aide de ses dents, mais tout de même des galeries toutes faites lui conviennent mieux. Attention donc sur les terrains fréquentés par les taupes, sir campagnol veille en quête de squat.

Toutefois, et selon le célèbre adage « on ne peut pas être bon en tout », il excelle dans sa reproduction. La période hivernale exclue, sans doute le froid et le gel, il s’accouple régulièrement. Une maturité sexuelle à 2 mois et après … 6 portée par an allant régulièrement jusqu’à 12 petits. Heureusement que les 21 jours de gestation freine l’avancée mais tout de même bon an mal an, un couple engendrera jusqu’à 114 individus quand l’automne sera venue !

Vu de loin les tumulus (rejets de terre) sont assez semblables à ceux de la taupe, mais à y regarder de près, la terre est beaucoup plus fine et les trajectoires ne sont pas rectilignes, mais plutôt anarchiques.

Ses dégâts sont de trois ordres : économiques, sanitaires et environnementaux.

Sur le plan économique, il est à noter une baisse importante du rendement fourrager qui peut aller jusqu’à 80 %, mais aussi d’une qualité moindre, à cause de la présence de terre. La production de lait s’en fait sentir ainsi que la productivité du cheptel, et l’usure du matériel est plus importante.

Sur le plan sanitaire, cet indésirable peut transmettre à l’homme l’échinococcose alvéolaire. La respiration des poussières lors des fenaisons peut entraîner la maladie du poumon du fermier.

L’aspect environnemental n’est pas épargné, érosion des sols, ainsi qu’une perte importante de la diversité floristique typique des prairies permanentes, une dégradation paysagère pas négligeable.

Devant cette calamité, et sous l’impulsion du GDON les exploitants se sont réunis en groupement afin de mettre en place des plans de lutte collectifs contre le campagnol terrestre et la taupe. L’empoisonnement, pourtant autorisé sous certaines conditions est refusé catégoriquement dans les Hautes-Pyrénées pour les questions évidentes qui ne nous échappent pas.

Ce groupement ne cesse de prendre de l’ampleur. De 1665 prises en 18 semaines et sur 340 hectares, ce sont aujourd’hui 2539 prises sur 26 semaines et sur 467 hectares, avec 2 piégeurs.

Ce rongeur ne sort pour ainsi dire jamais de terre, car il ne boit pas et il trouve sa nourriture à foison sous terre ce qui de toute évidence limite fortement la prédation du renard et des rapaces, ainsi, prétendre que le renard consomme 10000 campagnols dans l’année est un argument pour ne pas  classer cette espèce ESOD dans ces territoires, mais c’est aussi une imposture.

Partenaire de cette action, l’APA 65 à désigné un membre de son Conseil d’Administration pour participer au comité de pilotage et les interventions pleines de détermination lors de son Assemblée Générale, ouvre sous de très bons hospices la poursuite de son action.

 

Paul GARCIA


Déposer une annonce



Partager vos expériences avec nous

Vous souhaitez nous communiquer une expérience concernant le piégeage, merci de remplir ce formulaire ci-dessous.

    * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de me contacter.
    Partagez vos expérience
    Nos magazines

    NEWSLETTER

      • CONTACTS

        Journal des Piégeurs

        1 rue de la passotte

        57070 Metz

        * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et pour permettre de me recontacter.