Les pièges photographiques connectés

Une nouvelle opportunité pour les piégeurs ?

Il y a une petite dizaine d’années apparaissaient outre-Atlantique les premiers pièges photographiques. Entendons par « piège photographique » : appareil photo numérique à déclenchement automatique par capteur de mouvement. Fixé à un arbre, il permettait par exemple de photographier automatiquement un animal passant à proximité.
Si les premiers appareils, peu discrets et énergivores ne permettaient que de capturer des images de faibles résolutions (et de jour uniquement !) les évolutions technologiques du monde numérique ont permis rapidement d’améliorer les performances et de développer de nouvelles fonctionnalités. 

Les appareils récents permettent désormais l’enregistrement de vidéo haute définition, d’avoir des flashs invisibles la nuit (ouvrant ainsi des perspectives de vidéo surveillance de locaux …), de programmer des tranches horaires de fonctionnement, de régler la sensibilité, de visionner directement les images sur l’écran embarqué dans l’appareil, etc.
Beaucoup de piégeurs utilisent déjà avec satisfaction ces appareils pour repérer les animaux fréquentant leurs placeaux, les axes d’arrivées, les horaires, les vandales …
Il y a un peu plus d’un an ont été introduits de nouveaux modèles communicants (généralement appelé « caméra MMS »). Ces derniers permettent de recevoir les prises de vue directement sur son smartphone, via les réseaux de téléphonie mobile !
Vu que depuis début juillet, le piégeur peut utiliser un dispositif de contrôle à distance, lui permettant de constater si le piège a capturé ou non un animal.
Nous imaginons tous l’intérêt d’une telle fonctionnalité : la simplification de la relève des pièges le matin. En effet si un tel dispositif surveille vos pièges, les mouvements de l’animal pris (en cage ou au lacet) seront systématiquement enregistrés dans l’appareil et…transmis vers votre téléphone mobile !

Comment cela fonctionne ?

Les dernières caméras MMS sont compactes et fonctionnent avec des piles AA 1,5V, dont l’autonomie varie en fonction des déclenchements, mais dépasse largement les 15 jours en fonctionnement normal. Des panneaux solaires sont optionnels avec certains modèles. L’envoi des photos sur le téléphone nécessite d’insérer dans la caméra une carte SIM et d’avoir soi-même un smartphone ou un téléphone capable de recevoir les photos. En effet, la technologie utilisée est celle des « MMS » et transite par les réseaux d’opérateurs de téléphonie mobile (SFR, ORANGE, BOUYGUES, FREE). Il est donc indispensable de se procurer soit une carte « prépayée », disponible dans la plupart des supermarchés, en s’assurant qu’elle inclue bien l’envoi de MMS illimités, soit de souscrire un abonnement auprès de l’un des différents opérateurs.

De nos jours, on peut facilement trouver un abonnement avec MMS illimités pour un prix autour de 5€ / mois, vite absorbé par l’économie de carburant réalisée (les heures de communications ne seront pas utilisées du tout par l’appareil, donc pas de surprise de dépassement de forfait à la fin du mois). Dans les 2 cas, il est indispensable de s’assurer que le réseau choisi est accessible sur tout le territoire à surveiller (au moins 2 « barrettes » sur un téléphone). Les prix des caméras varient généralement entre 300€ et 600€, en fonction des marques, de la résolution maximum des photos/vidéos, de la distance et de l’angle maximum de prise de vue. La programmation de l’appareil reste la partie la plus sensible.

Certaines caméras haut de gamme sont vendues avec un petit logiciel à installer sur son ordinateur, ce qui rend le paramétrage plus convivial, mais la plupart disposent d’un écran intégré avec un « pavé de navigation » pour entrer dans les menus et régler les paramètres. Si vous n’êtes pas très à l’aise avec ce genre de manipulations, nous vous recommandons de contacter le vendeur avant l’achat, de vous assurer que le menu est paramétrable en français, et qu’il sera en mesure de vous assister par téléphone à la programmation des fonctions évoluées. La plupart de ces appareils étant fabriqués en Asie, la traduction des manuels n’est pas toujours précise et « parlante ».

Mise en place sur le terrain.

Une fois tous les réglages effectués et l’appareil testé sur place, à votre domicile (dans le jardin par exemple) vous pourrez alors l’installer sur le territoire à surveiller. L’avantage est alors de pouvoir piéger dans les endroits lointains de votre territoire, ou les moins accessibles, la caméra assurera la relève pour vous et vous vous déplacerez en connaissance de cause.

Il faudra alors veiller à bien orienter la caméra dans la direction du placeau.

Les LED disposées sur la caméra se comportent comme des flashs invisibles ; la caméra installée trop près donnera des photos trop claires. Une distance d’au moins 3 mètres semble correcte, en veillant à ce que le minimum de végétation légère (hautes herbes, branchettes…) s’intercale entre l’appareil et la zone à surveiller, pour éviter des déclenchements intempestifs. Les mouvements dus au vent ou de gros insectes pouvant déclencher des prises de vues non désirées.

Notez aussi que l’appareil fonctionnant avec un capteur infrarouge qui détecte la différence de température, une température extérieure élevée, proche de la température d’un être vivant, peut rendre le dispositif moins efficace. Tenir compte aussi si vous avez un appelant vivant, inutile qu’il déclenche la caméra. Mais à l’usage, on maitrise vite l’utilisation de cet appareil.

Ce que dit la loi :

Voir le nouveau texte par ailleurs, avec une caméra de ce type, vous êtes dans la légalité. Elle signale le déclenchement, elle enregistre la date et l’heure. Et en cas de doute, ou de dysfonctionnement de l’appareil, la relève devra se faire par le piégeur ou son préposé dans les conditions habituelles
Didier LEFEVRE
Les tests ont été effectués avec le modèle de caméra de Plumaffut qui dispose de nombreux atouts :

Un bandeau sous chaque prise de vue vous permet de connaitre l’appareil utilisé, la date, l’heure, la température, la phase lunaire au moment de la capture. Avec la fonction MMS/GPRS/SMTP/FTP, l’appareil peut envoyer les prises de vue jusqu’à 4 numéros de mobile et jusqu’à 4 adresses mail différents lors d’un déclenchement

Retrouvez ce produit sur www.plumaffut.fr
Contact : Maxime PINGUET 


Déposer une annonce



Partager vos expériences avec nous

Vous souhaitez nous communiquer une expérience concernant le piégeage, merci de remplir ce formulaire ci-dessous.

    * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de me contacter.
    Partagez vos expérience
    Nos magazines

    NEWSLETTER

      • CONTACTS

        Journal des Piégeurs

        1 rue de la passotte

        57070 Metz

        * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et pour permettre de me recontacter.