N°104 – Décembre 2016

Numéro 104 - Décembre 2016

CE NUMERO EST ENCORE DISPONIBLE

AU SOMMAIRE

  • Éditorial
  • Nouvelles de l'UNAPAF
  • Loutres et castors dans le 44
  • Au temps des bricoleurs
  • Deux saisons de rats musqués
  • Vous avez dit piégeuses ?
  • Appeau esquinade
  • Essai : piégeage des campagnols

EDITO

Soyons fiers d’être piégeurs !

Le propriétaire, possesseur ou fermier, procède personnellement aux opérations de destruction des animaux nuisibles, y fait procéder en sa présence ou délègue par écrit le droit d’y procéder.
Je pense qu’il est préférable d’envoyer un piégeur agréé pour réaliser le piégeage plutôt que de laisser les gens se débrouiller.
Le piégeage est encadré par des textes et le piégeur qui a été formé saura utiliser le piège approprié et réaliser l’opération proprement.
Une fois que vous avez capturé l’animal, souvent la victime déclare pourquoi vous ne communiquez pas sur ce que vous faites, c’est formidable !
C’est vrai qu’en ce qui concerne la communication, on pourrait mieux faire. Mais dans les médias, on donne plus facilement la parole à une personne qui prône la protection du renard (c’est tendance !) qu’à un éleveur qui s’est fait tuer 40 poules. Le piégeur est fier de sa capture, souvent il fait une photo, mais il faudrait systématiquement prendre en photo les dégâts. C’est en publiant les photos des dégâts que nous justifierons notre action.
Car contrairement à ce que prétendent nos opposants le renard ne mange pas que des campagnols. Bien au contraire, il s’accommode au fil des saisons et comme tous les prédateurs il va au plus facile. Il en est de même pour les autres « espèces susceptibles de causer des dégâts » (c’est comme cela qu’il faut les appeler maintenant !) que ce soient les mustélidés ou les oiseaux. Depuis 1984 où nous avons mis en place la législation piégeage, aucune de ces espèces n’est en diminution. Le piégeage contribue à la connaissance de ces espèces, il permet de pallier aux problèmes et de maintenir les effectifs, car ils ne s’autorégulent pas non plus, ils s’adaptent.
Alors continuez à piéger, à rendre service aux chasseurs de petit gibier, aux éleveurs et en plus si les femmes s’y mettent, le piégeage aura encore de belles années devant lui !

2017 une nouvelle année qui démarre, qu’elle soit remplie de bonheur pour vous et pour vos proches. Bonne et heureuse année.

Didier LEFÈVRE

Partagez vos expérience
Nos magazines

NEWSLETTER

    • CONTACTS

      Journal des Piégeurs

      1 rue de la passotte

      57070 Metz

      * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et pour permettre de me recontacter.