N° 108 – Décembre 2017

CE NUMERO EST ENCORE DISPONIBLE

AU SOMMAIRE

  • Editorial
  • Infos diverses
  • Isabelle, piégeuse dans le 65
  • Enquête raton laveur
  • Bienvenue chez les Cris
  • La page pratique, un piège écolo
  • Photos de lecteurs
  • Valorisation de l’ours noir
  • Le castor au Canada
  • ...

EDITO

Le Chasseur, un consommateur comme les autres ?

J’en ai franchement l’impression, je paye … alors !!!!
Ce chasseur-là n’a plus le temps, ni surtout la volonté de s’investir dans les organisations fédérales et associatives qui participent à tout ce qui régit la chasse en France, alors il subit !
Pourtant, nombre d’associations sont prêtes à accueillir celui qui pense et qui veut faire avancer des idées, comme je le dis souvent c’est à l’intérieur du système que l’on peut réellement agir et peser, surtout quand c’est dans l’intérêt de tous.
Me voilà à penser que certains de nos piégeurs, bien souvent ruraux de souche, ne seraient eux-mêmes que des chasseurs consommateurs.
Dans chaque département ce sont des milliers d’agréments qui sont délivrés par les Préfets quel est le pourcentage d’adhésions aux A.P.A ? Combien de relevés sont récupérés ? Combien de fiches de dégâts sont établies ? Je pense que le pourcentage n’est surement pas à la hauteur des possibilités et surtout de l’enjeu. C’est le constat du peut mieux faire.

Il y a maintenant près de trente ans que les associations départementales de piégeurs demandent à leurs adhérents, hommes de terrain par définition, de s’investir dans la collecte de renseignements sur la présence, les dégâts, les prélèvements, les prises accidentelles des espèces susceptibles d’être classées nuisibles mais aussi de la faune sauvage en général, tout cela avec un succès pour le moins limité, voir décourageant pour ceux qui s’évertuent à faire en sorte que nous puissions continuer à réguler sérieusement les prédateurs de nos gibiers.

Des sommes, non négligeables ont été investies dans des études, dans le soutien à la régulation, aux formations, aux indemnités, promotions sur le matériel. Tout cela ne peut rester vain, parce que nos listes nuisibles seraient amputées de certaines espèces au motif « qu’elles ne seraient pas répandues de façon significatives » sur nos départements.

Faut-il rappeler qu’une espèce rayée dans beaucoup de départements sera évidemment rayée au niveau national.
Disparition de la notion de nuisible, protection des mustélidés, les sortir du classement gibier, tel est le rêve de nos «antitout», rien que cela devrait nous motiver à prouver la réelle présence de tous ces prédateurs si nuisibles à nos gibiers de plaines mais aussi à cette petite faune si chère à nos amis défenseurs de la biodiversité.

Les A.P.A comptent sur leurs adhérents, mais aussi sur toutes les bonnes volontés, les chasseurs, les agriculteurs, cette collecte de données justificatives doit être une priorité absolue.

Agir pour éviter de subir.

Winston BONNET
Président A.G.R.P.E. 27

Partagez vos expérience
Nos magazines

NEWSLETTER

    • CONTACTS

      Journal des Piégeurs

      1 rue de la passotte

      57070 Metz

      * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et pour permettre de me recontacter.